Zéro plastique pour 100 % des emballages tomates Solarenn

                                                                                                                   

Historiquement Solarenn, Saint-Armel-35, avance vers la substitution du plastique depuis 2019. 2024 marque l’étape finale, puisque depuis le 1er janvier la coopérative ne fait plus usage d’emballage plastique pour ses tomates. Elle se démarque une fois encore par un travail de fond sur les conditionnements avec un film de cellulose transparent et un nouvel univers de marque ! 

« L’écoconception est une démarche d’entreprise qui demande des investissements et du temps, sur le long terme. Nous travaillons sur la mutation de l’ensemble de nos emballages depuis 2019 » introduit Isabelle Georges, Directrice. En 2021, sept références de barquettes étaient déjà 100 % carton zéro plastique chez Solarenn. Désormais, ce sont 100 % des gammes tomates qui sont concernées.  

Avec le tout carton et la fibre de cellulose, Solarenn est conforme à la Loi Agec*. Et ceci, dans un contexte particulier car malgré le décret français d’août 2023, pour la tomate (et les fruits et légumes en général), interdisant l’usage du plastique pour les emballages, la commission européenne s’est emparée du dossier, créant un flou juridique**.  « Malgré cette complexité législative, nous avons décidé de maintenir nos investissements » explique Isabelle Georges.

 

Un investissement au long cours

Les équipes ont été mobilisées tout l’hiver et ont préparé une sortie des nouveaux emballages avec un film de cellulose transparent dès cette saison ! Un travail au long cours et un investissement en termes d’image. Mais pas que ! Les investissements concernent aussi le développement, les prototypes, les découpes, le marketing, les clichés. C’est ainsi une gamme avec un nouvel univers graphique qui est sur les étals.

Les sans pesticides et les grandes références de Solarenn sont concernées, soit 100% des gammes tomates. « Nous faisons évoluer la coiffe carton avec une fenêtre cellulose pour améliorer la visibilité du produit. » détaille Isabelle Georges.

Dès 2020 des premiers essais sont réalisés avec les films de cellulose. À l’époque, ils ressemblent davantage à du papier cuisson. Ces solutions n’étaient pas optimales avec des frais de développement trop élevés. Désormais avec la fibre cellulose, totalement transparente et étrangement proche du plastique, le process est abouti, grâce à des partenaires de choix.

 

En 2023, 200.000 euros investis en machines

« Tout cette conception et cette installation ne pourraient se faire sans des équipes investies et des partenaires de confiance » souligne Pascal Theraud, Responsable de production. Mettre en place de nouveaux conditionnements est technique, les services ont travaillé pour installer, caler, réaliser la maintenance de deux nouvelles machines… Ce sont 200.000 euros qui ont été investi par la coopérative.

Solarenn a donc réinvesti sur une machine de dépose de coiffe, avec le même partenaire qu’en 2020 : la société ETPACK pour la dépose de coiffe ECOWRAP ETW201, pour les barquettes tomates 500 gr.

Si le film de cellulose vient du japon (unique fournisseur au monde pour ce produit), le process, pour la découpe de la coiffe adapté au film de cellulose, est développé en France par MM packaging (Bourgogne). « Cette partie a demandé un gros travail en amont. La production, la maintenance, le marketing et le fournisseur ont travaillé conjointement car tout cela assez nouveau et pour tout le monde. Beaucoup de prototypes, de tests ont été nécessaires. À titre d’exemple, la barquette carton 500 gr a dû être rehaussée. MM Packing était encore à la station il y a 15 jours pour les derniers réglages ! » détaille Pascal.

Concernant le colis 1 kg, l’une des références majeures de Solarennn (jusqu’ici vendue avec un film plastique rétractable sur l’ensemble du carton), le développement a été plus complexe, via un système de film de fibre cellulose qui s’ajuste aux rebords… avec l’étiquette produit collée sur le dessus. Les équipes ont opté pour la machine de dépose de complexe Wrap box, proposée par la société Sormaf Grand Ouest (Saint-Pol-de-Léon).

 

Formation et mobilisation des équipes

Parallèlement à ces investissement machines, les équipes ont travaillé d’arrache-pied pour tout mettre en œuvre, depuis novembre 2023. Par exemple, Nicolas Coudrin, Responsable maintenance, a dû trouver des solutions pour intégrer la machine de dépose de coiffe directement à la ligne de conditionnement, sans tout bouger ou changer. Un vrai challenge, car du début à la fin de la ligne, il a fallu tout adapter !

Ces nouvelles technologies imposent formation, mise au point, performance. Ainsi, une vingtaine de salariés travaillant sur les lignes de conditionnement ont été formés. « Et je tiens à préciser que tous les choix technologiques se font systématiquement en prenant en compte les conditions de travail » conclut Pascal.

 

> En rayon dès maintenant.

 

* La loi AGEC, promulguée en février 2020, est un ensemble de 130 articles qui visent à lutter contre le gaspillage – appelée également “loi anti-gaspillage”. Son objectif ? Tendre vers une économie circulaire, et non plus linéaire.

Pour sortir du plastique jetable, la loi prévoit la fin de la mise sur le marché des emballages en plastique à usage unique d’ici 2040. Pour y parvenir, des objectifs de réduction, de réutilisation et de réemploi et de recyclage seront fixés par décret.

**La France ne peut pas légiférer sur un texte qui est en cours à la commission européenne, la loi pourrait ainsi être abrogée.

 _________________________________

LA COOPÉRATIVE SOLARENN EN 2024

Cinquième opérateur du marché de la tomate en France, au 3ème rang des producteurs bretons, la coopérative maraîchère SOLARENN (Ille-et-Vilaine) regroupe 30 producteurs sur plus de 60 ha de serres. Entreprise à taille humaine, elle emploie 45 salariés permanents et jusqu’à 75 saisonniers en été. L’ensemble des exploitations représente environ 500 personnes. En 2023, la coopérative a réalisé un chiffre d’affaires supérieur à 57 M d’euros et a commercialisé une gamme complète de tomates et 120 tonnes de fraises gariguette. 100% des producteurs Solarenn sont labellisés HVE 3 depuis quatre ans et l’ensemble des volumes est inscrit dans la démarche sans pesticides [1]. Engagée de manière « responsable », Solarenn a, depuis longtemps, amorcé le virage du développement durable. En 2024, la coopérative poursuit son Engagement Social, Économique et Environnemental.

[1] Sans traitements pesticides de synthèse de la fleur à l’assiette.

 

CONTACT PRESSE : Nathalie Jouan – 06 61 77 35 00 – nathalie@nathaliejouan.bzh